vénéneux

vénéneux, euse [ venenø, øz ] adj.
• 1496; lat. venenosus venimeux
1Qui contient un poison ( vireux); dont l'ingestion empoisonne. Plantes vénéneuses. Champignons vénéneux.
2Fig. et littér. Qui a des effets néfastes, empoisonne. Ma rêverie « est parfois la dilatation d'une idée vénéneuse » (Hugo).

vénéneux, vénéneuse adjectif (bas latin venenosus) Se dit des animaux et des plantes dont l'ingestion, voire le simple contact, provoque des troubles, éventuellement mortels. Se dit d'une substance qui contient un poison. Littéraire. Qui est empreint de méchanceté : Des pensées vénéneuses.vénéneux, vénéneuse (difficultés) adjectif (bas latin venenosus) Sens et emploi Ces deux mots de sens proche n'ont pas les mêmes emplois. 1. Vénéneux se dit des substances ou des organismes qui, ingérés, peuvent causer un empoisonnement : le phosphore, l'arsenic sont vénéneux ; des champignons vénéneux ; des plantes vénéneuses. 2. Venimeux se dit d'animaux ou d'organes qui produisent un venin : araignée, serpent venimeux ; dard venimeux. Au sens figuré, il signifie aussi « malveillant, méchant » : parole, critique venimeuse.

vénéneux, euse
adj. Se dit d'une plante qui renferme naturellement des substances toxiques. L'amanite phalloïde est très vénéneuse. Syn. (Québec) vlimeux.

⇒VÉNÉNEUX, -EUSE, adj.
A. — 1. [En parlant d'un végét.] Qui contient du poison; dont la consommation peut empoisonner l'homme ou l'animal, dont le contact peut être irritant. Fruit, suc vénéneux; herbe, plante vénéneuse; champignons vénéneux. La ciguë vireuse (...) est une plante très-vénéneuse (KAPELER, CAVENTOU, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 194). La luxuriance séductrice et le suc empoisonné de certaines fleurs vénéneuses (PROUST, Fugit., 1922, p. 611).
P. métaph. Il parut à Joseph que c'était [la sonnerie du téléphone] une sonnerie verte, une sonnerie d'un vert chimique, toxique, cruel et vénéneux (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 144).
PHARMACOL. [En parlant de produits extraits de ces plantes] Substances vénéneuses en pharmacie. ,,Ces substances sont définies par l'arrêté du 21 janvier 1957, qui fixe, dans sa section II, celles d'entre elles qui peuvent être utilisées en thérapeutique humaine ou vétérinaire`` (Lar. Méd. t. 3 1972). [P. méton.]Qui est propre à ces substances. On connaissait depuis longtemps les propriétés éminemment actives ou vénéneuses de l'opium (...) et d'un grand nombre d'autres substances végétales, employées pour la plupart en médecine (BERTHELOT, Synth. chim., 1876, p. 116).
P. méton. Qui contient des végétaux vénéneux. Humus vénéneux. V. colchique. ex.
2. Vieilli. Qui agit à la manière d'un poison. Synon. toxique.
a) [En parlant de chair animale ingérée comme aliment] La viande gâtée est vénéneuse. Certains poissons ont une chair vénéneuse au moment du frai; d'autres fois, ce sont leurs œufs qui sont toxiques (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p. 232). Les moules sont parfois vénéneuses (THOMAS 1956).
b) [En parlant d'une substance minér.] Le cuivre forme des sels vénéneux (Ac. 1878, 1935). [L'allumette chimique] ne prit toutefois sa plus grande diffusion qu'à partir de 1844, quand le chimiste suédois G. E. Pasch eut réussi à remplacer, dans la composition inflammable, le phosphore blanc vénéneux par l'inoffensif phosphore rouge (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p. 226).
3. Synon. de venimeux (v. ce mot A 1 b). V. acinète ex. 2.
Rem. Vénéneux s'applique princ. aux plantes, aux minéraux et aux animaux lorsque ceux-ci agissent comme un poison. Venimeux s'applique aux animaux à venin et à tout organe communiquant ce venin.
B. — Au fig., littér.
1. [En parlant d'une pers.] Qui a un caractère pernicieux; qui est dangereux moralement pour autrui. Son papa [d'un avocat] perché lui-même sur le barreau, lui a sévèrement interdit tout contact avec un écrivain aussi vénéneux que moi (BLOY, Journal, 1892, p. 32).
— [P. méton.] Je lui reprochai sa beauté, ses yeux vénéneux (MORAND, Ouv. la nuit, 1922, p. 142).
2. [En parlant de productions de l'esprit] Qui peut faire mal, pernicieux. La sainteté du travail est un de ces principes vénéneux qui ne se sont pas imposés de tout temps (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 39). J'introduisais dans ma tête, par les yeux, des mots vénéneux, infiniment plus riches que je ne savais (SARTRE, Mots, 1964, p. 43).
REM. Vénéneusement, adv., rare. D'une manière, d'un aspect vénéneux. De longues mousses et des champignons vénéneusement zébrés pointillés perlés couvrent le pavé du sanctuaire (CENDRARS, Du monde entier, Documentaires, 1924, p. 145).
Prononc. et Orth.:[venenø], fém. [-ø:z]. Ac. 1694, 1718: veneneux; dep. 1740 vénéneux. Étymol. et Hist. a) 1478 méd. anc. « qui corrompt, provoque l'infection, la maladie » (NICOLAS PANIS, Le Guidon de Guy de Chauliac, e 4 v°: Andrac de toute sa nature est maladie tres perilleuse ague et brifve car est de matiere venenose pestillencielle et contagieuse); b) 1478 morsures des bestes venenouses (ID., ibid., k 5 v°); c) 1536 veneneux langages (J. BOUCHET, Triomphe de la Noble Dame, sign. A IId ds GDF. Compl.); d) 1545 (PARÉ, Œuvres, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 2, p. 190, note 1: aultres playes qui ne sont veneneuses); e) 1575 bestes veneneuses ; champignons veneneux (ID., ibid., p. 285, note 1, p. 335 [cf. bestes venimeuses, p. 283, note 1]). Empr. au b. lat. venenosus « qui empoisonne » (de , v. venin), empl. au fig. par les aut. chrét. à propos de l'hérésie (v. BLAISE Lat. chrét.); moins att. que venimeux dep. le XVIe s. (cf. RICH. 1680: ,,Mot qui est ecorché de Latin et qui ne se dit pas``). La spécialisation d'empl. (vénéneux à propos du monde végétal et venimeux à propos du règne animal) plus marquée dep. le XVIIIe s., n'a cependant jamais été complètement réalisée. Pour les empl. fig., qualifiant des êtres humains, leurs paroles ou écrits, leurs actes (avec des termes comme: engeance, espèce, secte; voix, regard, sourire; parole, livre, pensée, ironie...) venimeux domine du XVIe au XXe s. D'autre part les deux termes (avec une préférence pour vénéneux aux XVIIIe et XIXe s.) ont été empl., du XVIe au XIXe s., avec des subst. désignant des matières (comme humeur, sang, eau, substance, matière, suc, exhalaison...) ou qui permettent d'exprimer le caractère de toxicité (aspect, principe, qualité, propriété). Dans la 2e moit. du XIXe s., toxique commence à les concurrencer dans ces empl.: le fait qu'il puisse désigner de façon gén. la toxicité (sans présomption d'orig., animale ou végétale) et que, de plus, il puisse être adj. ou subst., explique prob. que toxique soit le terme qui prédomine au XXe s., dans la lang. cour. et dans la lang. techn., et qu'il ait tendance à évincer vénéneux. Au XXe s., vénéneux s'emploie surtout à propos de végétaux (et principalement les champignons) et semble connaître un regain de vitalité dans les empl. fig. (à propos d'êtres humains et de leurs actes) où il coexiste avec venimeux. Fréq. abs. littér.:139. Bbg. GOUG. Mots t. 1 1962, pp. 87-88.

vénéneux, euse [venenø, øz] adj.
ÉTYM. 1496; bas lat. venenosus, du lat. class. venenum « venin ». → Venimeux.
1 (En parlant de plantes). Qui contient un poison ( Vireux); dont l'ingestion empoisonne. Toxique. || Plantes vénéneuses. || La belladone, la ciguë, le colchique (cit. 2), la mandragore (→ Somnifère, cit.) sont vénéneux. || Champignons vénéneux.Par extension :
0 Le pré est vénéneux mais joli en automne
Les vaches y paissant
Lentement s'empoisonnent
Apollinaire, Alcools, « Les colchiques ».
2 (XIXe; d'un serpent, 1552). Par ext. (en parlant de la chair d'un animal). || Des moules vénéneuses.
3 Par métaphore. || L'aristocratie, plante vénéneuse (→ Extirper, cit. 1).
Fig., littér. Qui empoisonne, fait du mal. || Une idée vénéneuse (→ Rêverie, cit. 10). || Littérature (cit. 18) vénéneuse.
Spécialt. Qui envenime une situation (par des actions hypocrites, méchantes…).
N. m. || « On n'en sort pas. On reste dans le vénéneux » (F Magazine, juil. 1981, p. 136).
DÉR. Vénénosité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • vénéneux — vénéneux, euse (vé né neû, neû z ) adj. 1°   Qui agit comme poison sur l économie animale, en parlant de substances végétales. Le suc de la ciguë est vénéneux. Les champignons vénéneux. •   L odeur, la saveur et la propriété vénéneuse de beaucoup …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • veneneux — Veneneux, [venen]euse. Il signifie la mesme chose que Venimeux, avec cette difference qu il ne se dit ordinairement que des plantes. Plante veneneuse. la siguë a un suc veneneux …   Dictionnaire de l'Académie française

  • VÉNÉNEUX — EUSE. adj. Qui a du venin. Il signifie la même chose que Venimeux, avec cette différence qu il ne se dit que Des végétaux. Plante vénéneuse. Arbre vénéneux. Fruit vénéneux. Le suc de la ciguë est vénéneux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • vénéneux — adj. => Méchant, Mortel …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • VÉNÉNEUX, EUSE — adj. Qui a du venin, qui empoisonne; il se dit des Végétaux, tandis que Venimeux se dit des Animaux. Plante vénéneuse. Fruit vénéneux. Le suc de la ciguë est vénéneux. Il se dit, par extension, des Matières inorganiques. Le cuivre forme des sels… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Sumac vénéneux — Sumac grimpant Sumac grimpant …   Wikipédia en Français

  • vénéneuse — ● vénéneux, vénéneuse adjectif (bas latin venenosus) Se dit des animaux et des plantes dont l ingestion, voire le simple contact, provoque des troubles, éventuellement mortels. Se dit d une substance qui contient un poison. Littéraire. Qui est… …   Encyclopédie Universelle

  • agaric — [ agarik ] n. m. • 1256; lat. agaricum, gr. agarikon ♦ Bot. Genre de champignons (agaricacées) à chapeau et à lamelles. Les champignons de couche sont des agarics. Spécialt Agaric champêtre : rosé des prés. ● agaric nom masculin (latin agaricum)… …   Encyclopédie Universelle

  • venimeux — venimeux, euse [ vənimø, øz ] adj. • XIIIe; venimos v. 1170; de l a. fr. venim → venin 1 ♦ Qui a du venin. Le cobra, la vipère, serpents venimeux. Sangsue, araignée venimeuse. ♢ (D une plante) « Des nopals ces paradoxales raquettes vertes,… …   Encyclopédie Universelle

  • mancenillier — [ mɑ̃s(ə)nije ] n. m. • 1658; de mancenille ♦ Bot. Arbre d Amérique (euphorbiacées) appelé aussi arbre de poison, arbre de mort, dont le latex est très vénéneux et dont l ombre passait pour être mortelle. ● mancenillier nom masculin Grand arbuste …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.